Jump to content
Premed 101 Forums

zaphyraph

Members
  • Content Count

    221
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

zaphyraph last won the day on September 15 2015

zaphyraph had the most liked content!

About zaphyraph

  • Rank
    Senior Member

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. La tendance est vraiment de moins considérer les notes du pré-clinique, et encore moins celles de la prémed. C'est sûr qu'éviter les D et les C est mieux pour jouer safe, mais au-delà de ça pour la prémed, ça ne devrait vraiment pas te nuire. Mais rendu là, c'est tellement programme dépendant qu'on peut pas généraliser... Le site du CaRMS est ton meilleur ami. Par exemple, depuis cette année les notes de valent que 10 points sur 150 en med interne à l'udem, alors que c'était 50% juste avant. Maintenant ils mettent plus de poids sur le stage de médecine familiale. Bonne chance ! La prémed est vraiment un cauchemars pour tout le monde. Sérieusement, la première année est une marche de santé à côté de ça selon moi P.S. ça vient de quelqu'un qui est loin d'avoir des mauvais résultats, donc ce n'est pas du wishfull thinking de ma part haha
  2. Reading comments like this irks me... Don't get me wrong, healthy habits sure won't hurt and probably help tremendously, but phrases like "Anxiety is a normal part of life" and "regular daily exercise, a good diet, proper sleep and coffee are probably going to be just as effective if not better than Rx" only serve to stigmatize mental disorders and make people affected by them feel bad. Mental disorders are real diseases and should be treated accordingly. Your advice are really good and OP should follow them, no question about it. However, we barely know his/her situation. While his/her grades are good, other aspects of his/her life are maybe compromised by the GAD. I'm sorry to have sidetracked the thread, I just couldn't stop myself. I sure you meant well and, as I said, your advice are sound. I simply believe that the way we formulate our advice is really important, particularly when it concerns mental health.
  3. While many people do have an undergraduate degree, my point stands since half the class doesn't, which considerably changes the demographics of the class. Moreover, people with an undergraduate degree have access to pretty generous scolarships and interest free loans (about 8 000-10 000$ un scolarships and 3 000$ in loan) from the government. I honestly don't know somebody who works during the school year because they feel that they have to do it, those who do (and they are few) do it because they love their job. Indeed, Mcgill requires a CV, but I was talking of the french schools because that's what I know. I have no idea how well off Mcgill's students are. Sorry if I made it seem like Québec is some kind of heaven for students and that money makes no difference. It obviously does, but not as much as in the rest of Canada I believe.
  4. In Quebec, tuiton is way lower that in Ontario, and we can get in medschool directly from cegep (at age 19) where tuiton is about 150$ a semester. French schools also don't look at your CV at all. While I clearly see that the average person in medschool is richer than the average, I don't think it is as pronounced as what is found in Ontario, based on what's been described in this and other threads. This tends to show that the environement is indeed better when you come from a higher class family, but that's not entirely what explains the demograhics in Ontario medical schools.
  5. Honnêtement, soyez vous mais avec un petit plus (arrive pas en jeans...). Si tu es le genre de personne qui est stylée, bin tu peux clairement pull off des vêtements propres, mais distingués. Si au contraire tu es quelqu'un qui aime s'habiller sobrement en noir, bin fait ça aux entrevues. J'avais une belle chemise de couleur (bleu pâle de mémoire) avec des pentalons propres ajustés, parce que je ne porte pas d'habits. Des souliers propres confortables aussi. (Je suis un gars haha). Le jugement est toujours nécessaire, mais n'essayez pas de vous changer pour plaire davantage aux évaluateurs, ça parait et n'aura pas l'effet désiré. Même à Mcgill où tous les gars ou presque avaient un habit, j'étais habillé sensiblement de la même façon et j'ai été accepté...Donc vraiment, soyez vous-même et à l'aise. Les seuls conseils vraiment importants je dirais : pas de gomme et rien qui couvre le visage (donc les cheveux pas trop dans la face et pas de chapeaux/casquettes). La bouffe je seconde pour Sherbrooke, un jus et un biscuit pour la vague de 1h pour ma part, vraiment boff.
  6. Effectivement que ce problème est LE plus gros biais de la cote R. L'opposé est aussi vrai : des élèves dans un même cours, avec le même prof et durant la même session mais pas dans le même groupe peuvent avoir des cote R différentes pour la même notes. Il faudrait vraiment que le groupe d'évaluation soit standardisé à : tous les étudiants du même profs à la même session pour le même cours. Il semble vraiment y avoir une incompréhension de l'effet des statistiques. On ne peut pas uniquement modifier l'IFG et dire "regarder comment c'est juste du hasard et que ça modifie tout". L'IFG n'est pas indépendant de la moyen et de l'écart-type, parce que si tu as un IFG élevé, le groupe sera plus fort et la moyenne sera plus haute et vice-versa. Mais bon, j'ai l'impression que les arguments mathématiques et logiques n'ont pas d'importance dans ce thread
  7. Honnêtement, l'IFG ne peut être pris individuellement, parce que lorsqu'il est haut, la moyenne est plus haute étant donné que les étudiants sont plus forts. Les trois variables : IFG, écart-type et moyenne sont tous interreliées. Les simulations où on ne fait que modifier un paramètre ne sont donc pas réalistes. Après avoir passé beaucoup trop de mon temps à analyser la cote R au cégep, j'ai identifié 3 problèmes majeurs qui devraient être corrigés (non, l'IFG n'est pas l'un d'eux). 1) Les groupes d'évaluations sont laissés à la discrétion du cégep. Par exemple, dans certains cégeps, si un prof donne un cours de physique optique à 3 groupes, il peut y avoir soit 1 ou 3 "groupes" utilisé pour le calcul de la core R. La cote R étant une mesure statistique, plus le N est grand (le nombre de personnes utilisés pour calculer la moyenne, l'écart-type et l'IFG) plus le résultat sera significatif. C'est pourquoi on devrait utiliser les 70 étudiants du profs pour calculer la cote R, et non pas faire 3 groupes de 23 étudiants (cela cause des abus où des étudiants avec la même note ont des cotes différentes). Mais même là, la différence n'est souvent pas flagrante : j'ai 3 exemples personnels où une situations comme celle-là est survenue et la différence tournait autour d'un point de cote pour UN cours. 2) Comme cela a été déjà discuté plus haut, l'IFG devrait "s'updater" selon les résultats des sessions précédentes afin de mieux représenter la performance de l'étudiant. 3) La cote R est une façon de mesurer la difficulté d'un cours en comparant un individu au reste de la classe (en effet, un 90% ne vaut pas la même chose d'un cours à l'autre : tout le monde a déjà au des profs hyper sévères et d'autres qui donnent des 95% à tout le monde). Toutefois, un cours trop facile est parfois désavantageant. Par exemple nous avons 3 étudiants : un fort, un moyen et un faible. Dans un cours difficile, le fort aura 95% disons, le moyen 80% et le faible 65%. La cote R du fort sera donc excellente. Prenons les 3 mêmes étudiants, mais dans un cours "facile" : le fort aura disons 98%, le moyen aura 95% et le faible 80%. Dans cette situation, le fort n'arrive pas à se démarquer du faible, ce qui le désavantage puisque si l'examen avait été plus difficile, les notes des autres auraient baissées mais pas la sienne. La "difficulté" d'un cours est donc une injustice, mais le calcul n'y peut rien. Finalement, même si ces trois points sont améliorés, la cote R ne restera pas parfaite je l'accorde. Toutefois, je n'arrive pas à trouver un même système. Ne regarder que les notes en pourcentage ? complètement injuste car certains profs donnent des meilleurs notes que d'autres. Utiliser des examens standardisés ? Il faudrait tout d'abord standardiser la matière vue dans les cours de cégep et même là, ce ne serait pas juste car les gens avec des mauvais profs devraient tous étudier par eux-même et donc prendre beaucoup plus de temps que ceux qui ont des bons profs. Je n'ai donc rien de mieux à proposer, c'est pourquoi je crois que la cote R est un très bon outil.
  8. Both classes have almost nothing to do with one another if I remember correctly. Except for university/cegep policies that might be in place for wathever reason, there is no reason you couldn't do one before the other.
  9. Two years ago, I'd say around 50-60% of guys wore a suit. I didn't, since I do now wear suits in general and I wouldn't have been comfortable doing so for the interview. I hade a shirt without a tie, with dress pants/shoes. I got in (although I refused the offer). However, it was for the med-p interview, which may be more casual since the applicants are younger. I don't believe it would make a difference either way. I didn't feel inapropriate at all and I was very at ease. I also did my interview in french, but the presentation and everything was mixed with english speaking people. Good luck !
  10. Médecine familiale est offert en région, mais je ne pense pas que ce soit le cas pour les spécalités. Tu peux regarder les programmes qui t'intéressen aux différenes universités sur les sites internet, ils devraient indiquer les sites de formation. J'imagine que Sherbrooke aura davantage de programmes en région.
  11. Sans avoir de discours préparé à l'avance, je persiste à croire qu'une préparation est importante. C'est stupide, mais même si on se connaît, parfois on a de la difficulté à mettre des mots sur qui nous sommes, surtout en situation de stress. Donc juste réfléchir à ce qui est important pour toi, tes valeurs, tes défauts, tes qualités, des moments clés de ta vie, des erreures que tu as faites, etc. Je pense que ça aide vraiment. Autant aux entrevues francos qu'à celles de Mcgill, ils demandent des questions du genre "parle moi d'un moment où tu as fait preuve de X", c'est plutôt difficile de trouver une situation sur le coup. Y penser d'avance (se baser sur les CanMeds pour trouver les situations) peut donc être un life saver. Ça ne veut pas dire apprendre ton texte, mais juste y penser.
  12. Effectivement, étant donné que tu es comparé aux étudiants dans ta classe, ils sont tous dans les mêmes conditions. Honnêtement, plus le prof est nul et les exams difficiles, plus c'est avantageux parce que tu as la possibilité d'avoir une bone cote R. Dans les cours trop faciles, tout le monde a des bonnes notes et c'est impossible de se démarquer. Par exemple, les examens étaient trop faciles dans mon cours de calcul différentriel. J'ai donc eu 37 pour un 100%. Alors qu'en intégral, où les examens étaient plus difficiles, j'ai eu 38+ pour un 93%. Dans les deux cas les profs étaient bons par contre, mais au final lis ton livre et tout devrait bien aller ! Ceci est surtout vrai pour les cours de science par contre, c'est toujours avantageux de prendre des bons profs de français/philo/anglais etc, parce que les évaluations sont subjectives. Bonne chance !
  13. Ça dépend vraiment des programmes (à l'universités). à l'UdeM, Médecine est par rapport à la moyenne, pharmacie aussi, droit aussi (et probablement plusieurs autres mais je ne les connais pas). Donc tout dépend de ton programme !
  14. Bonjour ! Je ne suis pas étudiant à Mcgill, mais j'y ai été accepté, donc je pense que ma réfléxion peut toujours t'aider un peu. Premièrement, la moitié des livres de référence (si ce n'est davantage) sont en anglais en médecine aux universités francophones. La science, c'est en anglais. Tu ne verras donc pas beaucoup de différence à ce niveau je pense (surtout à l'UdeM où la grande majorité de l'apprentissage se fait dans les livres). Ensuite, puisque tu viens du cégep, tu auras à faire la Med-P, qui est une année générale qui sert justement à s'adapter aux changements autant universitaire que de langue pour les francophones. Finalement, pour avoir été aux entrevues, il y a énormément de francophones qui vont à Mcgill. De mémoire, les étudiants qui présentaient le programme ont affirmé qu'il y avait plus de francophones que d'anglophones en Med-P. Je te souhaite donc bonne chance dans ton application ! Petit conseil (qui se base sur mon expérience personnelle, donc à prendre avec un grin de sel) Mcgill cherche des gens uniques. Tu dois être différent(e) des autres.
  15. Toutefois, il est faux de dire qu'iol faut absilument 35+ pour être accepté. Le plus tu as, le mieux c'est naturellement. Mais je connais des gens qui avaient 33,X et qui ont été acceptés. La cote minimale va sûrement encore tourner autour de 33,3, puisqu'une diminution du nombre d'admission n'est pas prévue.
×
×
  • Create New...