Jump to content
Premed 101 Forums

DPM

Members
  • Content Count

    39
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by DPM

  1. et aussi...si certains d'entre-vous recherche un appartement, vous pouvez m'écrire en privé!
  2. Juste vous rappeler que le processus d'admission cette année était basé à 100% sur l'entrevue suite à la première sélection!
  3. Réponse: Admis Contingent, programme, GPA: Universitaire, 4,15/4,3 en médecine podiatrique Cote: -- Feeling après le CASPer: Correct! Bonne chance à tous!
  4. Bonne chance à tous! J’attends ma réponse et c’est pénible!
  5. Oui...et pour le vivre actuellement pour ma session d'été, c'est pas fantastique, mais c'est mieux que rien.
  6. Connaissez-vous la moyenne des CRU universitaires des années passées?
  7. C'est pénible de voir les réponses pour DMD et pharma sortir hahaha
  8. Tu as bien raison. J'espère que l'université de Sherbrooke voit les choses de la même façon hahaha Et en effet, les cours d'anatomies à 5 crédits (avec dissection complète), de radiologie, d'échographie, de chirurgie et de pharmacologie font de pod un mauvais tremplin. Je me croise les doigts!
  9. En effet haha! Sans être certain à 100%, on va pouvoir avoir une idée... Et oui, c'est pénible!
  10. Je vois ce que tu veux dire, mais tu ne peux pas comparer 144 crédits (bac-maitrise physio et ergo) et 143 crédits (pharmacie) à médecine podiatrique (195 crédits) même si tous ses programmes sont en 4 ans...ça ne fait pas de sens à mes yeux! Mais je comprends ton point de vue quand même, c'est possible que la CRC d'admission influence fortement l'université!
  11. En effet, tu as bien raison. Très rushant et assez complexe la médecine podiatrique!
  12. Salut, je comprends ce que tu veux dire, mais je ne pense pas que ça dépends de la CRC. Si tu regardes DMD à ULaval, les CRC d'admission sont «basses» aussi, probalement dû aussi à leur processus d'admission avec entrevue personnalisée comme médecine podiatrique (ce qui permet de mieux cibler les candidats qui ont un réel intérêt pour la profession incluant ceux à plus basse cote). On sait que DMD est plus comparé à MD qu'à ergo, physio et kin pourtant? Alors je me demandais pourquoi pas DPM, surtout que DPM ressemble beaucoup plus à DMD qu'aux autres programmes (formation théorique, pratique et clinique avec patients). En effet, si tu regardes le nombre de crédit, les bac-maitrîses sont de 144 crédits, alors que DPM est à 195 crédits (en 4 ans) et MD 200 crédits à USherbrooke. Et, étant étudiant du programme actuellement, trust me, ce n'est naturellement pas un bon programme à tremplin, très très chargé haha. Mais c'est possible, comme tu le mentionnes, que la base de comparaison serait la CRC...pourtant, avec les méthodes alternatives de sélection des candidats, c'est absurde, considérant la grande variabilité interuniversité.
  13. Salut! En commençant par te souhaiter bonne chance dans ton processus d'admission! Je vais répondre du mieux que je le peux à tes questions, mais avant tout, sache que comme toi j'ai été face aux dilemmes entre DMD et DPM où j'ai été accepté dans les 2 programmes, mais j'ai poursuis en DPM pour des raisons de préférence. 1. En tant qu'étudiant, je peux te garantir que le milieu de la médecine podiatrique n'est pas à plaindre au Québec et qu'il est en constante évolution. Comme tu le dis, une majorité de la population ne sait pas ce qu'est un podiatre et que ce n'est pas un professionnel qui nécessite l'obtention d'une référence pour avoir une consultation...Ainsi, considérant le travail de l'Ordre des podiatres et de l'Association des podiatres à faire connaître la profession dans les dernières années, il est évident que la main-d'oeuvre en podiatrie ne manquera pas de travail. Personnellement, je ne connais pas de podiatres qui peinent à remplir leur horaire et ce MALGRÉ la méconnaissance de la profession. Il faut dire que de plus en plus les médecins ont le réflexe de référer aux podiatres en matières de problématiques du pied et de la cheville puisqu'ils reconnaissent à la fois l'expertise des étudiants formés à l'UQTR et à la fois leur ''manque de formation'' en ce qui à trait aux subtilités de la podiatrie (comme un médecin réfère à un dentiste pour une problématique bucco-dentaire, ce n'est pas une reproche, chacun ses forces et ses faiblesses). Ainsi, si l'on considère qu'au fil des années, de plus en plus de gens consulteront en podiatrie, je trouve que c'est un métier très intéressant en matière de placement et rentabilité vs. médecine dentaire où les dentistes se chevauchent à tous les coins de rue. Également, il est vrai que pour le moment, la podiatrie se limite au milieu privé au Qc. Par contre, des projets pilotes avec les stages en milieu hospitalier à Trois-Rivières et Joliette (en 4e année) se montre très prometteur quant à l'arrivée des podiatres en milieu hospitalier et les bénéfices directs d'un tel changement (surtout en ce qui à trait à l'ulcère plantaire diabétique et ses complications)...Il faut toutefois dire que la machine gouvernementale est difficile à faire bouger, mais une équipe de professeurs de l'UQTR et autres travaillent d'arrache-pied pour rendre possible cette transition vers le milieu public. Je pense que d'ici 10 ans maximum, ce sera réglée, mais ce n'est qu'une prédiction. Ce qui m'amène également à dire que le diabète est aussi un facteur important de la croissance de la médecine podiatrique au Québec ce qui m'amène encore à dire que tu ne devrais pas t'inquiéter à ce sujet...et bien au contraire! 2. Je pense que j'ai répondu au point 1, mais je veux juste corriger certains éléments que tu as écris... Il est vrai de dire que les douleurs en médecine dentaire sont atroces et insupportables, mais sache que celles vécues par les patients qui souffrent de problématiques aux pieds le sont autant, sinon plus...ce qui donne tout son sens à la profession de podiatre. Il est vrai de dire qu'il n'existe pas une panoplies d'infections possibles aux pieds et qu'en pratique, un patient consulte souvent pour une verrue (infection virale), un pied d'athlète ou de l'onychomycose (infection fongique) ou une infection bactérienne quelconque. Toutefois, la podiatrie demeure très diversifiée comme pratique, allant de la podiatrie sportive, à la traumatologie, la chirurgie des tissus mous, l'imagerie médicale (échographie et radiologie), la chirurgie osseuse (avec résidence chirurgicale), la podopédiatrie, la pharmacologie et j'en passe. La pratique podiatrique est donc très intéressante puisqu'elle laisse la chance à ses professionnels d'être généraliste ou de se spécialiser (sans avoir le titre de spécialiste) sans avoir à faire une tonnes d'études supplémentaires...ce qui permet par le fait même d'augmenter sa clientèle! Également, sache qu'un droit important a été attribué ce mois-ci après de longues années de négociations, soit l'élargissement de l'annexe de médicaments qu'un podiatre peut prescrire dans sa pratique. Il est maintenant possible de prescrire un antibiotique oral, un antifongique oral, des anti-douleurs (opiacés autre que la codéine) (et j'en passe) dans le but de traiter les affections locales du pied comme un dentiste le ferait pour une infection buccale. 3. La médecine podiatrique est polyvalente, ce qui te laisse l'opportunité de donner l'image que tu désires à ta pratique. C'est pourquoi ma réponse ne sera pas coulée dans le béton. À mon avis, la podiatrie se veut plus comme la médecine dentaire que les spécialités de la santé en réadaptation et manipulations comme la physio/chiro, quoi qu'un podiatre peut être appelés à faire de la réadaptation ou encore des manipulations. Si je trouve ce que ça ressemble davantage à la médecine dentaire, c'est parce qu'un podiatre est appelé à faire de la prévention, du diagnostic, du dépistage et du traitement comme le ferait un dentiste. Il utilise une panoplie d'instruments (scalpel, fraise, hémostats, ETC.) dans sa pratique comme le ferait un dentiste et a recours à des anesthésiants locaux pour réaliser des procédures chirurgicales mineurs des tissus mous. Il peut également procédé à des injections de corticostéroïdes, à des traitements orthésiques, à des traitements conservateurs, des traitements pharmacologiques topiques ou systémiques, etc. pour traiter ses patients. Pour ce qui est des assistants, cela varie beaucoup d'une clinique à l'autre...certaines roulent à plusieurs assistants, avec des infirmières en soins de pieds pour le débridement des callosités (comme un dentiste engage une hygiéniste pour procéder aux nettoyages dentaires) et d'autres avec moins d'employés. Encore une fois, ça dépend de la pratique que tu veux! Je crois toutefois que moins de personnels est requis pour une clinique podiatrique qu'une clinique dentaire (puisque le podiatre n'est pas constamment assisté par un(e) assistant(e)) ce qui peut s'avérer lucratif et facilitant en tant que podiatre-propriétaire. 4. Cette question est souvent taboo, mais je vais essayer d'être bref: le salaire varie en fonction de la pratique que tu veux. Il s'approche plus des salaires de dentistes, opto, pharma que ceux de sciences biomédicales. Les étudiants qui viennent tout juste de graduer décident souvent de travailler dans 2-3 cliniques au départ pour deux raisons...1) Cela leur permet une source de revenu supplémentaire et 2) les pratiques sont plus diversifiées et cela permet à l'étudiant de choisir la pratique qu'il préfère pour éventuellement choisir ''une clinique'' même si certains travailleront pendant toute leur carrière dans plusieurs cliniques. Généralement, la rénumération d'un podiatre salarié est de 40% les revenus qu'il apporte à la clinique alors que celle d'un propriétaire est différente. Tu peux m'écrire en privé pour que je puisse répondre à des questions précises sur la rénumération des actes (consultations, chirurgie, injection, orthèses, etc). En bref, le salaire ne devrait pas être un facteur discriminant dans ton choix puisque DMD et DPM mènent tous les deux à un bon salaire et à une belle qualité de vie...en plus qu'à TR, les logements ne coûtent vraiment pas cher! 5. Pour ce qui est de la résidence en chirurgie osseuse, il faut savoir que c'est libre à chacun d'entreprendre ou non la démarche...et que l'intérêt doit y être avant tout! La formation à l'UQTR offre des cours théoriques portant sur la chirurgie osseuse et de reconstruction, mais une résidence chirurgicale est nécessaire à la formation pratique de l'étudiant désirant se spécialiser. Avant tout, l'étudiant doit faire son test MCAT pour être admis dans une école de médecine podiatrique aux USA...les scores d'entrées ne sont pas très élevé, cela ne devrait pas être un facteur limitant...ce qui peut être limitant, c'est l'étude associée au MCAT qui peut être fastidieuse. Mais, c'est réalisable! Par la suite, tu dois faire ta demande au NYCPM où ils évalueront ton dossier (préférentiellement considérant ta formation avec DPM acquis) et tu devras passer une entrevue. D'autres critères de sélection existent, mais je t'ai décrit l'important. Tu commences ensuite ta formation en 3e année au NYCMP et non en résidence automatiquement...C'est un passage obligatoire mandaté par le NYCPM pour les étudiants provenant du Qc pour mettre à niveau les connaissances. Alors, après avoir fait la 3 et 4e années, tu as maintenant accès à la résidence chirurgicale d'une durée de 3 ans. BEAUCOUP DE SPÉCIFICITÉ SONT OMISES, mais je me concentre à l'essentiel pour que tu puisses comprendre. Donc, un DPM à l'UQTR (4 ans), un DPM au NYCPM (2 ans) et une résidence aux USA (3 ans). Pour l'instant, les chirurgiens travaillent uniquement en cabinet privé, mais comme je t'ai discuté plus haut, peut-être qu'avec l'ouverture du milieu hospitalier aux podiatres, les chirurgiens pourront pratiquer à l'hôpital, mais rien n'est sur la table jusqu'à présent. Sache par contre que très peu d'étudiants ont entrepris la voie chirurgicale osseuse par choix, mais que pour ceux qui ont décidé de faire le saut, tous ont réussis à trouver une place en résidence à ma connaissance. Après tout, 2 DPM suffisent généralement à faire ses preuves quant à ses capacités à entreprendre une résidence chirurgicale surtout que le programme de l'UQTR est de plus en plus étoffé et complet! BON, j'espère avoir répondu à tes interrogations! Les deux professions sont superbes et se ressemblent beaucoup, bonne chance!
  14. Les réponses sortent rapidement à l'habitude, 5-6 jours environ après les entrevues à l'habitudes, mais vendredi 22h00 c'est souvent le cas! Bonne chance à tous les candidats!
  15. Je suis étonné de ta position sur la liste d'attente malgré ton résultat MEM et ta cote! Je ne crois pas qu'un campus est favorable à un autre en bout de ligne. À chaque année, c'est du nouveau!
  16. mais c'est vrai que dans les doctorats de premier cycle, les moyennes gravitent autour de 3.5/4.33!
  17. Hahaha, ça se fait ça bien l'air! :') (avec beaucoup de travail haha)
  18. Good, et tu as une idée un 4,15/4.33 équivaut à combien si c'est comparé avec MD?
  19. Ça serait bien...parce qu'après tout, je ne vois pas en quoi ça pourrait être comparer à physio, ergo ou kin!
  20. J'ai une question pour vous. Si mon programme n'est pas offert à Sherbrooke (médecine podiatrique), sera-t-il comparé à un programme de Sherbrooke uniquement lors du calcul de ma cote UdeS par la registraire? Sur la page d'admission, il est inscrit que: Une candidate ou un candidat ayant fait des crédits universitaires dans un programme que l’Université de Sherbrooke n’aurait pas sera comparé à un programme jugé du même secteur à l’Université de Sherbrooke. Si c'est le cas, auriez-vous une idée à quels programmes pourrait-il être comparé? Merci!
  21. mais tu étais dans le contigent collégial à ce moment?
  22. En théorie, je pense que plusieurs ont terminé ou sur le point de terminer! Pour ma part, j'ai encore quelques examens finaux, c'est la mort à distance des cours de chirurgie, pharmaco et j'en passe!
×
×
  • Create New...