Jump to content
Premed 101 Forums

Recommended Posts

Salut! J’imagine que je ne suis pas la seule dans cette situation là, donc je pose ma question avec espoir que quelqu’un puisse me comprendre !

Je suis présentement en 3e année en pharmacie à l’Ulaval et je vais graduer l’année prochaine. J’ai décidé de faire le doctorat en pharmacie puisqu’en 2019, lorsque j’ai terminé mes sciences nat au cégep, j’avais une cote R de 34,3, ce qui n’était pas suffisant pour entrer en médecine. J’aime plus ou moins la pharmacie communautaire mais la pharmacie d’hôpital m’intéresse quand même beaucoup, malgré le fait qu’on dirait qu’il manque toujours quelque chose pour que je sois vraiment passionnée du domaine. Je n’ai jamais été capable de m’enlever l’idée de la tête d’étudier en médecine un jour.  J’aimerais donc savoir si certaines personnes auraient eu ou auront un parcours semblable au mien. Aussi, ça serait bien si une personne qui a décidé de changer de programme ou de métier puisse expliquer en quoi ils ont préféré la médecine à la pharmacie ! 

Je sais qu’au final la décision de tenter de faire le switch en médecine est la mienne mais je me dis peut-être que vos expériences pourraient m’éclairer et me guider dans ma réflexion. :)

Link to comment
Share on other sites

Allo ! J'ai fait 3 ans de PharmD pour switcher à med. Pharmacie est une belle profession, où l'accent est vraiment sur l'optimisation de la thérapie du patient, afin de s'assurer qu'on retire le maximum de bénéfice avec le minimum d'effets secondaires. C'est un travail essentiel, axé sur la vérification, l'ajustement et l'optimisation. Le pharmacien travaille à partir du diagnostic, en gros. Médecine, de son côté, est davantage un travail de détective. On part d'un panoplie de symptômes et de signes objectivables à l'examen physique du patient, pour ensuite prescrire des tests complémentaires pour confirmer ou infirmer nos hypothèses diagnostiques. Par la suite, selon la spécialité, le médecin va guérir le patient en effectuant une chirurgie, en prescrivant des thérapies, en ayant souvent un rôle de coordonnateur de l'équipe traitante. 

Personnellement, je préfère partir de la plainte clinique indifférenciée du patient pour en arriver à un diagnostic, que de partir du diagnostic pour optimiser/surveiller l'état du patient. J'aime questionner et faire l'examen physique en ayant en tête des diagnostics, utiliser les analyses de laboratoire, les radiographie, les ECG, pour arriver à un diagnostic final et prendre le patient en charge. J'ai un grand respect pour le travail essentiel de vérification et d'optimisation du pharmacien, mais je trouve que, pour moi, ça manque de physiologie humaine. Les bouts que je préférais en pharmacie étaient la pharmacodynamie, donc comment les médicaments agissent sur le corps. J'ai donc beaucoup de plaisir en médecine, en apprenant comment le corps fonctionne, comment les pathologies agissent sur le corps et comment les médicaments et autres interventions agissent pour rétablir l'homéostasie du corps humain.

Link to comment
Share on other sites

Exactement! Le travail du pharmacien est vraiment essentiel dans la prise en charge globale du patient, autant au niveau du traitement pharmacologique et des habitudes de vie. Je crois que l’aspect qui me manque en pharmacie c’est toutes les étapes avant que le diagnostic soit fixé! J’aimerais pouvoir être plus impliquée dans l’élaboration de tests auprès du patient pour en venir à ce diagnostic et même effectuer des examens plus physiques comme l’échographie et l’analyse des résultats de TDM, IRM, etc. Je crois que cet aspect n’est pas pour tout le monde, bien sûr. 

Merci @granduc pour ta réponse :) 

@PharmaPengSi pharmacie est ton premier choix de métier, je suis certaine que tu vas adorer! Si ce n’est pas déjà le cas, je te recommande de te trouver un travail en tant qu’assistant technique en pharmacie (ATP), ce qui te permettra d’avoir une très bonne idée de la profession très tôt dans tes études! 

Link to comment
Share on other sites

On 5/16/2022 at 12:27 PM, Spironolactone23 said:

Exactement! Le travail du pharmacien est vraiment essentiel dans la prise en charge globale du patient, autant au niveau du traitement pharmacologique et des habitudes de vie. Je crois que l’aspect qui me manque en pharmacie c’est toutes les étapes avant que le diagnostic soit fixé! J’aimerais pouvoir être plus impliquée dans l’élaboration de tests auprès du patient pour en venir à ce diagnostic et même effectuer des examens plus physiques comme l’échographie et l’analyse des résultats de TDM, IRM, etc. Je crois que cet aspect n’est pas pour tout le monde, bien sûr. 

Merci @granduc pour ta réponse :) 

@PharmaPengSi pharmacie est ton premier choix de métier, je suis certaine que tu vas adorer! Si ce n’est pas déjà le cas, je te recommande de te trouver un travail en tant qu’assistant technique en pharmacie (ATP), ce qui te permettra d’avoir une très bonne idée de la profession très tôt dans tes études! 

Plaisir :) C'est important de penser au contenu de la job, mais aussi à la job en tant que tel. Un des points bien avantageux de la pharmacie est définitivement les horaires. Ça peut vraiment faire une bonne différence, et c'était un des points qui me faisait vraiment hésiter. C'est définitivement possible de concilier travail/« famille » en médecine, mais c'est nettement plus difficile qu'en pharmacie. Il y a également toute la question de la redéfinition du rôle du médecin de famille dans la première ligne et des conséquences qu'aura cette redéfinition dans la profession de médecin en général qui crée de l'instabilité par rapport au futur de la profession. Difficile de prévoir comment évoluera la profession médicale dans cette époque d'élargissement des activités de chacun. La pharmacie est moins touchée par ce problème, vu son expertise unique, mais si on se fie aux États-Unis certaines professions pensent qu'elles peuvent remplacer les médecins. J'ai quand même bon espoir que chacun s'en tirera à bon compte, mais ça reste que l'incertitude est toujours stressante.

Link to comment
Share on other sites

On 5/18/2022 at 9:41 PM, granduc said:

Redéfinition du rôle du médecin de famille dans la première ligne et des conséquences qu'aura cette redéfinition dans la profession de médecin en général qui crée de l'instabilité par rapport au futur de la profession.

si on se fie aux États-Unis certaines professions pensent qu'elles peuvent remplacer les médecins. 

Salut! Je ne savais pas que c'était un enjeu . À quelles professions fais-tu référence? Est-ce que ce que c'est du style les opto peuvent remplacer les ophtalmo ou plutot la médecine alternative remplace la médecine traditionnelle? 

Link to comment
Share on other sites

1 minute ago, m22 said:

Salut! Je ne savais pas que c'était un enjeu . À quelles professions fais-tu référence? Est-ce que ce que c'est du style les opto peuvent remplacer les ophtalmo ou plutot la médecine alternative remplace la médecine traditionnelle? 

C'est un phénomène qui est pour l'instant américain, mais c'est légitime de se demander quels impacts ça aura au Québec. Je parle des NP (nurse practitioner) et des PA (physician assistant) américains. Les deux professions ont leur place dans le système de soins américain et ils sont essentiels, mais il y a un certain courant chez certains NP/PA qui va dans le sens que leur formation de 2 ans (dont 6 mois seulement de clinique) équivaut à la formation d'un médecine de famille. Ils prétendent qu'ils sont au moins égaux, certains parlent même qu'ils sont meilleurs que les médecins. 

Tout ça c'est encore très théorique au Québec. On a pas du tout le même système de santé, ni les mêmes enjeux. Peut être que mes craintes ne seront finalement pas du tout fondées vu les différences entre ici et là-bas. Mais c'est toujours pertinent de regarder ce qui se fait ailleurs, surtout aux États-Unis, vu qu'on tend toujours à leur ressembler. 

Sinon, si on enlève toute la partie des NP/PA, pour ce qui est du redéfinition du rôle du médecin de famille, ça me semble plutôt inévitable. La première ligne ne va pas bien et c'est clair que des actions politiques auront lieux pour l'améliorer. Reste à voir quel rôle le médecin de famille aura dans la nouvelle première ligne.

Link to comment
Share on other sites

@granducMerci pour cette capsule éducative! C'est une réflexion intéressante!

Sur un sujet connexe, je me demande pourquoi plusieurs de ceux qui visent la médecine (dont moi) choisissent pharmacie/med dent plutot que le cheminement pour devenir infirmier(ère) practicien(nne) spécialisé(e). Le rôle de ces infirmière ressemble plus à celui des médecins non? Je n'ai personnellement même pas considéré cette option et je ne sais pas ce qui nous pousse à la négliger. Est-ce une questions de prestige? d'autorité? de salaire?

Link to comment
Share on other sites

DMD c'est facile de comprendre pourquoi, c'est de la médecine. Rien ne ressemble plus à la médecine que de la médecine. Pour ce qui est de pharmacie vs sciences infirmières, je crois que c'est la possibilité de faire le tremplin comme job de vie si la médecine ça ne marche pas. Pharmacie a souvent de meilleurs horaires, est perçu comme étant mieux payé, c'est souvent une job qui se passe au privé.

Personnellement ma raison que je vois pourquoi les gens choisissent pharmacien vs IPS, c'est que le pharmacien a une expertise unique que le médecin n'a pas. Bien sûr l'IPS a l'expertise des soins infirmiers, mais ce qui la distingue d'une infirmière bachelière c'est la capacité à faire des actes médicaux, qui sont l'expertise des médecins. Souvent les gens qui visent la médecine le font pour être expert dans leur domaine, ça peut donc être moins intéressant de devenir IPS, quand tu sais que quand ça le cas devient compliqué et vraiment intéressant il est shippé en médecine. C'est un peu aussi pourquoi la médecine familiale est si boudée, parce que nos institutions n'ont pas encore été capable de bien prouver aux étudiants en médecine le rôle de spécialiste de la première ligne que les médecins de famille ont, mais ça c'est une autre discussion.

Certains pourraient dire que je suis réducteur envers les IPS, mais il ne faut pas oublier que le médecin à une expertise médicale unique qui ne peut être égalée par aucune autre profession, au même titre qu'aucun médecin pourrait prétendre faire la job d'un infirmier aussi bien que lui.

Edit : ya aussi obviously le fait qu'IPS est encore très inconnu comme profession vs la pharmacie

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

×
×
  • Create New...