Jump to content
Premed 101 Forums

Quand la peur prend le dessus!!!!!


Beethov

Recommended Posts

Avez-vous déjà eu un rêve? Un rêve qui vous consumme et qui vous habite? C'est mon cas ... Je suis amoureux ... amoureux de la médecine , amoureux de l'humain !! Je viens de terminer mon secondaire et je suis inscrit en sciences de la santé au collège de Maisonneuve. Bon ... je sais que je ne suis pas le seul gamin de 17 ans qui pense être sur que la médecine et lui sont fait l'un pour l'autre .

Dans ma famille, j'ai de nombreux professionnels de la santé. Ils me parlent régulièrement de leur travail et à chaque fois, je me rends compte à quel point qu'il s'agit d'un monde extraordinaire. Mais j'ai peur ... peur de ne pas être à la hauteur académiquement parlant : il y a deux filles dans ma classe qui désirent étudier en médecine, elles sont tous deux inscrites au même programme que moi et au même cégep. Elles ont des moyennes de 95%. Moi, j'arrive jamais à dépasser le 85% de moyenne général :(. Le fait est que durant tout mon secondaire, j'ai fait aux alentours de 20h de musique par semaine. Je ne vous parle de pas de fanfare d'école secondaire, je vous parle d'oeuvres majeures telles que des symphonies complètes ! BOn tout ça fait en sorte que mon temps accordé à l'école était minime, mais je compte vraiment diminuer afin de pouvoir me concentrer sur mes études .

 

Ma question est la suivante : Vous qui êtes admis en médecine, vous qui avez actuellement au cégep des CRC de 33 et plus , quelles attitudes devrais-je adopter afin de réussir comme vous? Je n'ai pas peur de travailler et je pense pas être trop crétain non plus... mais j'ai peur ... j'ai peur de ne pas y arriver ... ce ne serait pas la fin du monde si je n'ai pas la CRC nécessaire pour l'invitation aux entrevues , mais tout de même ...

Link to comment
Share on other sites

Laissez-vous le temps d'entamer votre première session collégiale. Personnellement, ç'en est une simple, bien balancée. Également, je vous conseille de parler avec vos professeurs de vos aspirations (*votre aspiration) et ils/elles vous élargiront peut-être la vue. Les possibilités sont innombrables en santé!

 

Pour ma part, je n'avais d'yeux que pour la médecine depuis le secondaire jusqu'à ma première année au cégep, comme la plupart des sciences de la santé d'ailleurs. J'ai choisi une voie différente, qui me permettera de faire sensiblement la même chose qu'un médecin (car toutes les professions de la santé sont interreliées): de la recherche. Je suis inscrit en biochimie, si ça peut vous donner des envies d'explorer des domaines tels.

 

Je ne prétend pas avoir LA bonne façon de faire parce que nous sommes tous différents quant à l'approche psychologique de nos études. Je vous suggère de vous distancer un peu de vos émotions. Donnez le meilleur de vous-même. De plus, je connais nombre de personnes qui ont été acceptées en médecine, pharmacie ou médecine dentaire qui conjuguaient activités parascolaires (sport, musique) et études.

 

Bonne chance dans vos démarches futures!

Link to comment
Share on other sites

Laissez-vous le temps d'entamer votre première session collégiale. Personnellement, ç'en est une simple, bien balancée. Également, je vous conseille de parler avec vos professeurs de vos aspirations (*votre aspiration) et ils/elles vous élargiront peut-être la vue. Les possibilités sont innombrables en santé!

 

Pour ma part, je n'avais d'yeux que pour la médecine depuis le secondaire jusqu'à ma première année au cégep, comme la plupart des sciences de la santé d'ailleurs. J'ai choisi une voie différente, qui me permettera de faire sensiblement la même chose qu'un médecin (car toutes les professions de la santé sont interreliées): de la recherche. Je suis inscrit en biochimie, si ça peut vous donner des envies d'explorer des domaines tels.

 

Je ne prétend pas avoir LA bonne façon de faire parce que nous sommes tous différents quant à l'approche psychologique de nos études. Je vous suggère de vous distancer un peu de vos émotions. Donnez le meilleur de vous-même. De plus, je connais nombre de personnes qui ont été acceptées en médecine, pharmacie ou médecine dentaire qui conjuguaient activités parascolaires (sport, musique) et études.

 

Bonne chance dans vos démarches futures!

 

Intéressant. Quels sont selon toi les points communs entre la biochimie fondamentale et la médecine clinique, puisque tu dis que cette voie te ''permettra de faire sensiblement la même chose qu'un médecin''. Or pour être franc avec toi, je ne vois pas tant de similitudes, sauf avec un médecin biochimiste mais il n'y en a qu'un minuscule poignée au Canada.

 

Merci de partager ton point de vue et bienvenue sur notre beau forum!

Link to comment
Share on other sites

Le lien que je fais avec la médecine clinique et la biochimie, où j'entends des études graduées menant à une carrière en recherche, fondamentale ou appliquée, est assez évident selon moi. Cependant, parlant pour moi, j'ai oublié de dire, parce que je le prenais pour acquis, que j'aimerais faire des études graduées en pharmacologie&toxicologie. Le lien paraît davantage sachant cela.

 

Bref, la médecine clinique se rapporte à traiter du cas par cas, souvent par antiobiotiques ou médicaments quelconques et plus rarement par chirurgie, radiothérapie, hémodialyse, etc..

 

Alors qu'en biochimie, on étudie une palette impressionnante de sujets somme toute variés tels la protéomique, la génomique, le métabolisme, la structure. Ces recherches, fondamentale ou appliquée, permettent de faire des avancées dans ces sciences. En ce sens, ces dernières ouvrent la voie pour de nouveaux traitements. (Et en pharmaco&toxico, on recherche des nouvelles cibles thérapeutiques, en somme.)

 

Ainsi, on peut dire que je vois la médecine clinique comme étant plus pragmatique, rapide et singulière alors que la recherche est plus longue, intangible, mais touche plus de monde de par les percées qu'elle peut faire. Où en serait la médecine moderne sans les avancées de la recherche moderne?

 

EDIT: Merci pour le mot d'accueil!

Link to comment
Share on other sites

Le lien que je fais avec la médecine clinique et la biochimie, où j'entends des études graduées menant à une carrière en recherche, fondamentale ou appliquée, est assez évident selon moi. Cependant, parlant pour moi, j'ai oublié de dire, parce que je le prenais pour acquis, que j'aimerais faire des études graduées en pharmacologie&toxicologie. Le lien paraît davantage sachant cela.

 

 

 

Bien sur qu'il y a un lien entre la biochimie fondamentale et la médecine clinique, il n'y pas de doute la dessus. Toutefois, tu disais, et je cite, que l'un et l'autres faisaient ''sensiblement la même chose'', ce qui n'est pas tout à fait pareil qu'un lien. Je veux juste dire que le quotidien d'un médecin et le quotidien d'un biochimiste sont aussi différent que le quotidien d'un avocat et celui d'un dentiste.

 

Ainsi, on peut dire que je vois la médecine clinique comme étant plus pragmatique, rapide et singulière alors que la recherche est plus longue, intangible, mais touche plus de monde de par les percées qu'elle peut faire. Où en serait la médecine moderne sans les avancées de la recherche moderne?

 

Je suis tout à fait d'accord avec ça. En médecine tu enchaînes carrément les cas les uns après les autres alors qu'en recherche le processus est plus long.

Link to comment
Share on other sites

Je veux juste dire que le quotidien d'un médecin et le quotidien d'un biochimiste sont aussi différent que le quotidien d'un avocat et celui d'un dentiste.

 

Je ne désapprouve pas, mais, au fond, les deux aspirent à payer leur maison et à profiter de la vie, donc, ne sont-ils pas similaires? On peut tout contortionner pour trouver des ressemblances, alors que toutes les professions sont uniques. :D

Link to comment
Share on other sites

Oui! Tu as bien raison! Mais je ne comptais pas arrêté la musique , ça m'est impossible. Simplement, je ne pourrai plus me permettre de faire des 20h/sem comme avant :)! Tu dis que la première session est plutôt bien balancée ? Pourquoi donc est ce que les moyennes de groupe tournent autour de 65-70?

Link to comment
Share on other sites

Oui! Tu as bien raison! Mais je ne comptais pas arrêté la musique , ça m'est impossible. Simplement, je ne pourrai plus me permettre de faire des 20h/sem comme avant :)! Tu dis que la première session est plutôt bien balancée ? Pourquoi donc est ce que les moyennes de groupe tournent autour de 65-70?

 

C'est a cause de la transition, et peut-etre aussi parce que beaucoup d'etudiants ne sont pas bien orientes.

Link to comment
Share on other sites

C'est a cause de la transition, et peut-etre aussi parce que beaucoup d'etudiants ne sont pas bien orientes.

 

Aaah! Cela signifie donc que la majorité des élèves ne perforeront pas si bien que ça lors de la première session! Il me faudra alors profiter des basses moyennes pour pouvoir me démarquer le plus possible.( J'ai l'habitude de travailler très dur ; j'ai étudié dans deux programmes dont la charge de travail est semblable à celle d'un double dec.

Link to comment
Share on other sites

Tu dis que la première session est plutôt bien balancée ? Pourquoi donc est ce que les moyennes de groupe tournent autour de 65-70?

 

Oui, voilà! Comme disait Robin Hood, il y a une certaine transition et quelques problèmes d'orientations, mais je me permettrais de rajouter que la première session, en sciences de la santé du moins, est celle des "shattered dreams". Beaucoup d'étudiants en sc. de la santé changent de programme pour la session d'hiver parce qu'ils réalisaent soudainement qu'il n'aime pas les mathématiques, la chimie ou la biologie alors qu'ils embrassaient clairement un rêve de "prestigieuse" médecine.

 

Ne lâche pas la musique non plus! Je crois qu'il faut se garder un échappatoire aux études; ça permet de relaxer. Dites-vous simplement que 20h/sem est énorme. Vous aurez ±30h de cours par session pour les 3 premières et il faut rajouter les heures d'étude (selon le cours, ça varie, mais l'administration du cégep donne des heures fictives que l'on devrait allouer à ce cours). En somme, ça revient à du ±50h/semaine si tu suis l'anticipation de l'école, mais c'est toujours variable selon l'étudiant.

Link to comment
Share on other sites

Je ne désapprouve pas, mais, au fond, les deux aspirent à payer leur maison et à profiter de la vie, donc, ne sont-ils pas similaires? On peut tout contortionner pour trouver des ressemblances, alors que toutes les professions sont uniques. :D

 

D'accord. Quant à cela, tu pourrais dire aussi: j'ai choisi une voie qui me permettra de faire sensiblement la même chose qu'un médecin, devenir enseignant au primaire. :)

Link to comment
Share on other sites

Si, avant même de commencer, tu es déjà tellement stressé que tu en as peur, tu commences avec une très mauvaise attitude face à ce nouveau défi. Il semblerait qu'il s'agit d'une façon inconsciente que plusieurs prennent pour ne pas perdre leur objectif de vue: ne penser qu'à cela jusqu'à ce que ça en deviennent une pensée quasi-obsessionnelle qui crée un sentiment d'angoisse. Ce n'est vraiment pas nécessaire de le faire pour arriver à ses fins et même qu'il est bénéfique de ne jamais agir de la sorte puisque c'est autodestructeur avec le temps.

 

Dans le doute, dans le stress, dans l'inquiétude ou dans les quelques frustrations, je me suis toujours répété cette seule phrase : la vie libre et heureuse appartient à celui qui apprend à distinguer ce qui dépend de lui et ce qui n'en dépend pas. (Sénèque) Par exemple, avant de faire un examen, ce qui faisait disparaître mon stress était de me dire ceci : j'ai fait de mon mieux jusqu'ici pour réussir, je n'ai pas à craindre le résultat. Ça a toujours fonctionné.

 

Je te souhaite la même chose. Essaie de commencer à ne pas te stresser avec ça dès maintenant. ;)

Link to comment
Share on other sites

 

Dans le doute, dans le stress, dans l'inquiétude ou dans les quelques frustrations, je me suis toujours répété cette seule phrase : la vie libre et heureuse appartient à celui qui apprend à distinguer ce qui dépend de lui et ce qui n'en dépend pas.

 

Tellement vrai, mais tellement difficile à appliquer en même temps. En effet l'idéal serait de ne pas stresser par rapport aux choses qu'on ne contrôle pas.

Link to comment
Share on other sites

Tellement vrai, mais tellement difficile à appliquer en même temps. En effet l'idéal serait de ne pas stresser par rapport aux choses qu'on ne contrôle pas.

 

Effectivement, c'est loin d'être facile à appliquer dans toute sa vie. Ça a bien marché avec mes études mais je ne peux malheureusement pas dire que j'arrive à avoir une telle capacité de détachement face à tout ce qui m'arrive dans ma vie. Mais j'essaie.

Link to comment
Share on other sites

C'est en effet une composure incroyablement difficile à garder en toute occasion. Je vous enjoins à feuilleter Aequanimitas par Sir William Osler, essay dans lequel le médecin énonce l'importance de l'équanimité et de garder son calme en situation difficile. C'est une lecture très inspirante par un grand nom de la médecine.

Link to comment
Share on other sites

Si, avant même de commencer, tu es déjà tellement stressé que tu en as peur, tu commences avec une très mauvaise attitude face à ce nouveau défi. Il semblerait qu'il s'agit d'une façon inconsciente que plusieurs prennent pour ne pas perdre leur objectif de vue: ne penser qu'à cela jusqu'à ce que ça en deviennent une pensée quasi-obsessionnelle qui crée un sentiment d'angoisse. Ce n'est vraiment pas nécessaire de le faire pour arriver à ses fins et même qu'il est bénéfique de ne jamais agir de la sorte puisque c'est autodestructeur avec le temps.

 

Dans le doute, dans le stress, dans l'inquiétude ou dans les quelques frustrations, je me suis toujours répété cette seule phrase : la vie libre et heureuse appartient à celui qui apprend à distinguer ce qui dépend de lui et ce qui n'en dépend pas. (Sénèque) Par exemple, avant de faire un examen, ce qui faisait disparaître mon stress était de me dire ceci : j'ai fait de mon mieux jusqu'ici pour réussir, je n'ai pas à craindre le résultat. Ça a toujours fonctionné.

 

Je te souhaite la même chose. Essaie de commencer à ne pas te stresser avec ça dès maintenant. ;)

 

Tu viens de me rappeler quelque chose que j'ai appliqué énormément ces dernières années. Vois-tu, ce qui distingue un bon musicien d'un excellent musicien vient de la faculté de pouvoir maîtriser parfaitement ses émotions. Bon, il est vrai que je suis très jeune ,cependant j'ai eu la chance incroyable d'avoir eu une extraordinaire carrière musicale. Il m'est souvent arrivé d'être soliste en ayant derrière moi des centaines de musicien et devant moi un publique composé des fois de milliers de personnes. Je me souviens du stress , de la peur qui accompagnait les quelques heures précédant mes prestations : de ma performance s'en suivrait des conséquences pour mon avenir , celui de mes professuers , du chef d'orchestre et de l'ensemble dans lequel je performais. À ces moments-là , je me répétais une phrase similaire à celle que tu utilises avant tes examens : j'ai fait de mon mieux pour arriver jusqu'ici, peu importe le résultat, j'en serai fier :). Et pour moi aussi, ça a toujours marché.

 

Merci de m'avoir rappelé ça. Il ne fait aucun doute que tu feras un excellent médecin!

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Honnêtement, je crois que n'importe qui "d'average" peut facilement sortir d'un DEC en Sciences Natures avec une cote R de 36+. Au secondaire, mes notes sont graduellement passées de 90~ (sec 1) à 65~. J'ai même échoué mes Maths 536 (cours que j'ai repris l'été suivant mon secondaire 5) et mon cours de physique. Mon professeur de chimie a été clément et m'a permis de passer avec une note de 60.

 

J'ai ensuite fait un an de Sciences Humaines au Cégep où j'ai continué de faire le moins d'efforts possibles, ce qui m'a donné une cote R d'environ 24. J'ai ensuite complété un DEC, avant de réaliser que je n'étais pas du tout à ma place, et que j'étais en train de gâcher ma vie. J'ai décidé de reprendre mon cours de physique du secondaire et de m'inscrire en Sciences Natures.

 

En arrivant au Cégep, je ne me souvenais pas ce qu'étaient les fonctions trigonométriques, et je n'avais plus aucunes notions en chimie. J'ai tout de même réussi à terminer mon DEC avec une cote R de 37, même en débutant mon étude pour certains cours la veille des examens.

 

Bref, tout ça pour dire que le DEC en Sciences Natures n'a rien d'exceptionnel, et si quelqu'un performe mal, le manque d'efforts et de passion de cette personne y est probablement en grande partie pour quelque chose.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

37 en ayant un parcour aussi "irrégulier"! Mes félicitations ! Vraiment!!!! Tu étais à quel CÉGEP par curiosité ? Tu dis avoir débuté l'etude de certains examens la veille , mais cela m'étonnerait que tu faisais ça tout le temps ... Avais-tu des méthodes de travail particulières ?

Link to comment
Share on other sites

37 en ayant un parcour aussi "irrégulier"! Mes félicitations ! Vraiment!!!! Tu étais à quel CÉGEP par curiosité ? Tu dis avoir débuté l'etude de certains examens la veille , mais cela m'étonnerait que tu faisais ça tout le temps ... Avais-tu des méthodes de travail particulières ?

 

J'ai un cheminement qui ressemble au tient par contre j'ai opté pour le double DEC. Pour quelle raison tu n'es pas entré au Double DEC ?

Link to comment
Share on other sites

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...