Jump to content
Premed 101 Forums

Recommended Posts

Bonjour,

 

Tout d'abord je tiens à féliciter tous ceux qui ont été admis dans leur programme de choix! Pour ceux qui ont été refusé, découragez-vous pas! Pour ma part, j'ai été refusé deux années de suite en médecine dentaire, et la troisième fut la bonne! Donc dites vous que ce n'est que partie remise. Bossez, et vous serez récompensés!

 

Je suis un universitaire qui a reçu des offres en médecine dentaire de la part de l'Université de Montréal ainsi que de l'Université Laval. Maintenant, j'ai deux semaines pour choisir où aller, et je me suis dit que ca serait une bonne idée de faire un tour sur ce forum. 

 

J'aimerais bien rassembler le plus d'informations possible quant au programme offert par les deux facultés afin d'être en mesure de faire un choix éclairé. Je demande l'aide de ceux qui détiennent de l'information pertinente, surtout les étudiants actuels en médecine dentaire j'aimerais bien savoir ce qu'offre chacune des facultés, les points forts/points faibles, les avantages/désavantages, les particularités, etc. Également, le programme de médecine dentaire à l'UdeM vient de changer, et je me demandais ce qui est différent désormais. 

 

Merci pour votre aide. 

 

 

Link to post
Share on other sites

D'accord avec Dannny (peut-être que notre opinion est biaisée parce qu'on est tous deux étudiants là-bas, mais bon, elle est tout de même valable  :P )! 

 

Voici quelques-uns des avantages: 
- Un pavillon à nous seuls (on s'y sent comme chez nous). C'est facile d'être en contact avec nos profs (qui sont d'ailleurs très disponibles) et on croise tous les étudiants. 
- Petites cohortes d'uniquement 48 étudiants. Chaque cohorte devient rapidement comme une petite famille dans laquelle l'entraide règne. On connait aussi les étudiants des autres cohortes. 
- La vie étudiante est bien remplie: comme le programme est VRAIMENT chargé, ça nous permet de décrocher par moments et d'avoir beaucoup de plaisir avec l'ensemble des étudiants du programme. 
- On a un aperçu concret de notre futur métier en ayant nos propres patients en clinique dès la première année.
- 4 ans.

Je t'encourage quand même à avoir le pouls d'un étudiant à l'UdeM, car le programme, bien qu'il me soit peu familier, semble aussi très bien. Chaque uni a ses avantages et peu importe le choix que tu feras, il sera le bon, tant que tu es heureux dans ta décision! 

Allez hop! Bonne réflexion  :) 
 

Link to post
Share on other sites

Je suis une dentiste graduée de l'UdeM est je vais te donner mon opinion franche:

 

Tous les points soulevés par les étudiants de Laval sont valides aussi à l'UdeM (pavillon à nous même, on se croisent tous ainsi que nos professeurs, on commence à voir des patients en première année etc...) Cependant le programme est un programme de 5 ans dont la première année (prédentaire) est une perte de temps et d'argent immense. Déjà ceci tout seul pour moi est un argument valable pour choisir l'UL.

 

La formation clinique à l'UdeM est excellente, par contre. Tu vas sortir en étant une excellente clinicienne avec une bonne base théorique. Le département de médecine buccale est le meilleur au Canada (tu peux vérifier en demandant à d'autres étudiants d'autres facultés). Tu as plus l'impression d'être médecin dentaire que technicienne dentaire, ce qui pour moi ajoute une dimension très intéressante à ta pratique. Cependant, voilà les majeurs points négatifs de l'UdeM que j'ai rencontré dans mon temps dans cette faculté:

 

1- Ta formation clinique dépends fortement de sur quels cliniciens tu tombes, et malheureusement, tu ne peux pas les choisir. Certains ont vraiment une passion pour l'enseignement et veulent faire l'impossible pour que tu comprennes et que tu t'améliores. D'autres s'en foutent royalement et veulent que tu finisses 30 minutes avant la fin officielle des cliniques pour qu'ils puissent partir plus tôt et encaisser leur chèque. Certains sont aussi là uniquement pour te faire chier et ne rien t'apprendre (il m'est déjà arrivé qu'une clinicienne m'aie demandée de reprendre une empreinte finale pour une couronne malgré qu'elle était bonne pour "garder sa réputation de clinicienne chienne". Un autre clinicien a pitché mon modèle sur le mur car il était cassé et il voulait que je le refasse plutôt que d'essayer de le réparer). Oui, tu en vois des choses comme ça à l'UdeM.

 

2- Le directeur des cliniques est la personne la plus antipathique et que tu rencontreras dans ta vie. Son but n'est en aucun cas d'améliorer ta formation ou de t'apprendre quoi que ce soit à part que d'avoir peur de lui et de ses punissions. C'est un policier qui cherche la moindre erreur pour te pogner et mettre un échec et te montrer que c'est lui le boss. Il se vante de garder une batte de baseball dans son bureau. Je n'ai jamais hais quelqu'un dans ma vie. Mais cette personne fût probablement pour moi la première personne pour laquelle j'ai eue autant de haine.

 

3- Les évaluations pré-cliniques affectent grandement ta moyenne. En préclinique, tu as des notes numériques pour tes travaux, et on s'entends que la correction est très subjective. Différents cliniciens mettent différentes notes, tu peux avoir un travail similaire ou meilleur à un ou une de tes collègues et avoir une note nettement plus basse tout simplement car tu es tombée sur un évaluateur plus sévère. Les professeurs diront qu'ils normalisent les notent mais c'est du gros bullshit, rien ne change. En fin d'année, tu finis avec une note numérique qui se reflète en lettre sur ton relevé de notes. Si tu t'en fous des notes tant mieux, mais si tu vises te spécialiser, avoir un C ou un B (car c'est en général les moyennes en préclinique) sur ton relevé va faire mal. 

 

4- Les évaluations cliniques sont encore pires. Tu es évaluée après chaque séance clinique par ton clinicien. Les évaluations sont de type Exceptionnel (A+), Supérieur (A-), Attendu (B ), Limite (D) ou Échec (E). À la fin de l'année, tes évaluations sont compilées et apparaissent comme une note finale en lettre sur ton relevé de note. Tu vas te dire c'est pas grave je vais me forcer à avoir des bonnes évaluations, mais ça ne marche pas comme ça. Certains cliniciens ne mettent que des B peu importe la qualité de ton travail. Certains vont te mettre des Limites car tu as finis un peu en retard et ils n'ont pas été capable de partir plus tôt. D'autres te mettront un échec si tu n'est pas d'accord avec leur plan de traitement. De l'autre côté de la balance, tu as certains cliniciens qui distribuent des Supérieurs et des Exceptionnels à droite et gauche pour aucune raison valable. Encore une fois, ça va dépendre de ta chance et sur qui tu tombes. Le point à retenir c'est que ta performance clinique est rarement reflétée dans ton évaluation (ce qui d'après moi est très malheureux).

 

5- UdeM est un programme qui favorise grandement la formation généraliste. Ce que je veux dire par là est que tes professeurs vont rarement t'encourager à te spécialiser. Le mot "référer" va te hanter durant tes 5 ans à l'UdeM. De plus, UdeM n'a que 3 programmes de formation post-gradués: Orthodontie, Pédodontie et Résidence multidisciplinaire. À Laval tu as plein d'autres options, et étant leur propre étudiant/e tu seras surement favorisée. 

 

6- Trop de prothèses complètes/partielles amovibles durant ta formation. Tu dois faire toutes les étapes de laboratoire toute seule jusqu'à la finition. La seule chose que tu ne fais pas c'est la cuisson de la prothèse. En préclinique tu fais en moyenne 4 montages complets, et en clinique ça dépends de tes cas mais en moyenne 5-6. Par comparaison, à McGill ils font 1 montage en préclinique, et une fois en clinique c'est le laboratoire qui s'occupe du reste. En gros, t'es une denturo glorifiée à UdeM  ;)

 

7- La faculté est vraiment cheap est souffre énormément à cause des coupures. Imagine toi que les cliniques rénovées de l'UdeM (qui sont très très belles) proviennent des "dons" obligatoires de 5000$ que les étudiants ont dû payer. Tu vas te faire ramasser avec plein de dépenses comme ça durant ta formation. 

 

8- Tu es traitée comme une étudiante en école secondaire ou au CEGEP plutôt qu'une étudiante dans un programme de formation professionnelle. Les profs se fachent quand certaines personnes ratent les cours, et ceci ce reflète dans la difficulté des examens. Si une cohorte est aimée par les professeurs, leurs examens sont faciles. Sinon, les examens sont beaucoup plus difficiles. En gros, une personne qui a gradué en 2012 avec 3.4 et une autre en 2013 avec 3.4 n'ont pas eu le même niveau de difficulté dans leur DMD. De plus, la majorité des professeurs ne viennent même pas à leurs examens et donc ne sont pas disponibles pour répondre aux questions. Les surveillants te diront de marquer tes commentaires sur la première page de l'examen et que les professeurs les consulteront durant la correction. LOL. Il y a une professeur avec qui j'ai parlé qui m'a dit "ah bon, vous mettez des commentaires sur la feuille d'examen?" Ça c'est sans te nommer les nombreux cours dont les profs ne changent pas les examens d'année en année et où les moyennes ne dépassent pas 70% car la matière n'a pas été couverte dans les cours de l'année courante et où personne ne connait les vraies réponses aux questions (je suis prête à gager que même les profs ne les connaissent pas).

 

9- Ta formation dans tous les domaines de la dentisterie n'est pas équivalente. En sortant, tu vas être très bonne en dentisterie opératoire (des "plombages"), en chirurgie dento-alvéolaire (extractions), en parodontie (thérapeutique et chirurgicale si tu le souhaites), en prothèse amovible et surtout en médecine et pathologie buccale (encore une fois, meilleurs profs et meilleur département au Canada!). Par contre, tu vas puer en endo (en 2 ans de cliniques tu vas faire 2 traitements de canaux sur des prémolaires/antérieures et 1 seule molaire, et le pire c'est que tu es obligée de faire ton soin à la main plutôt qu'avec des instruments rotatifs comme il se fait en bureau privé et dans les autres facultés - ce qui est maintenant le standard de pratique de toute façon), en prothèse partielle fixe (3 couronnes et 1 pont durant ta formation), en pédodontie (en préclinique tu verras plein de trucs cool mais rendue en clinique tu feras des examens et des scellants la majorité du temps), et en urgence (ce que tu verras ne sont pas de vraies urgences, c'est souvent des restorations qui sont tombées plutôt que des patients qui se présentent avec des abcès ou douleurs).

 

10- En orthodontie je suis mitigée, tu as une bonne formation théorique (les deux professeurs qui sont en charge sont excellents et connaissent très bien leur matière) mais en clinique tu ne feras que de l'orthodontie amovible, pas du fixe (ce que je pense aurait été une dimension plus intéressante à la formation). Je sais qu'à Laval ils font du fixe durant leur 3è-4è année. Donc si c'est une spécialité qui t'intéresse tu es peut être mieux d'aller à Laval.  

 

11- Le point le plus important d'après moi est que durant tout ma formation, j'ai eue l'impression de me battre contre le système plutôt que me concentrer sur ma formation. Plein de choses se passent de manière très dysfonctionnelle dans cette faculté. Certains professeurs sont clairement là car ils n'ont pas réussi leur vie en tant que praticiens en bureau privé, ou ont subi un malaise quelconque qui les empêche de travailler en bureau privé à temps plein. C'est pour te dire que la passion pour l'enseignement n'est pas quelque chose que tu ressens chez tous tes professeurs. Certains sont des perles rares qui à plusieurs reprises je me suis demandée qu'est-ce qu'ils foutent dans cette faculté. Mais malheureusement, plusieurs ternissent l'image des autres et te font sentir qu'ils sont contre toi plutôt que là pour toi. C'est un défaut majeur de la faculté de médecine dentaire de l'université de Montréal.

 

Tu vas peut être te dire c'est le témoignage d'une fille qui était probablement poche et qui a coulé plein de cours et qui sort toute sa frustration ici :P je te rassure que c'est tout à fait le contraire. J'ai gradué sur la liste d'honneur du doyen  :rolleyes:

 

À la fin de la journée, il faut que tu choisisses le programme qui te convienne le plus. Si tu as déjà réalisé ton rêve en étant acceptée en médecine dentaire et que tu veux juste avoir une bonne formation et être dentiste généraliste sans te soucier du reste, UdeM est une bonne place pour toi, car je le répète, au bout du compte, ta formation pratique est excellente. Par contre, si tu vises une spécialité et il t'es important d'avoir des bonnes notes, c'est un point à considérer.

 

Je préfère être honnête et que tu saches exactement à quoi t'en tenir si tu viens à l'UdeM. À moins que les gens de Laval ne t'exposent des failles aussi grandes, envol toi à Laval aussi rapidement que tu peux  :P

Link to post
Share on other sites

Je suis une dentiste graduée de l'UdeM est je vais te donner mon opinion franche:

 

Tous les points soulevés par les étudiants de Laval sont valides aussi à l'UdeM (pavillon à nous même, on se croisent tous ainsi que nos professeurs, on commence à voir des patients en première année etc...) Cependant le programme est un programme de 5 ans dont la première année (prédentaire) est une perte de temps et d'argent immense. Déjà ceci tout seul pour moi est un argument valable pour choisir l'UL.

 

La formation clinique à l'UdeM est excellente, par contre. Tu vas sortir en étant une excellente clinicienne avec une bonne base théorique. Le département de médecine buccale est le meilleur au Canada (tu peux vérifier en demandant à d'autres étudiants d'autres facultés). Tu as plus l'impression d'être médecin dentaire que technicienne dentaire, ce qui pour moi ajoute une dimension très intéressante à ta pratique. Cependant, voilà les majeurs points négatifs de l'UdeM que j'ai rencontré dans mon temps dans cette faculté:

 

1- Ta formation clinique dépends fortement de sur quels cliniciens tu tombes, et malheureusement, tu ne peux pas les choisir. Certains ont vraiment une passion pour l'enseignement et veulent faire l'impossible pour que tu comprennes et que tu t'améliores. D'autres s'en foutent royalement et veulent que tu finisses 30 minutes avant la fin officielle des cliniques pour qu'ils puissent partir plus tôt et encaisser leur chèque. Certains sont aussi là uniquement pour te faire chier et ne rien t'apprendre (il m'est déjà arrivé qu'une clinicienne m'aie demandée de reprendre une empreinte finale pour une couronne malgré qu'elle était bonne pour "garder sa réputation de clinicienne chienne". Un autre clinicien a pitché mon modèle sur le mur car il était cassé et il voulait que je le refasse plutôt que d'essayer de le réparer). Oui, tu en vois des choses comme ça à l'UdeM.

 

2- Le directeur des cliniques est la personne la plus antipathique et que tu rencontreras dans ta vie. Son but n'est en aucun cas d'améliorer ta formation ou de t'apprendre quoi que ce soit à part que d'avoir peur de lui et de ses punissions. C'est un policier qui cherche la moindre erreur pour te pogner et mettre un échec et te montrer que c'est lui le boss. Il se vante de garder une batte de baseball dans son bureau. Je n'ai jamais hais quelqu'un dans ma vie. Mais cette personne fût probablement pour moi la première personne pour laquelle j'ai eue autant de haine.

 

3- Les évaluations pré-cliniques affectent grandement ta moyenne. En préclinique, tu as des notes numériques pour tes travaux, et on s'entends que la correction est très subjective. Différents cliniciens mettent différentes notes, tu peux avoir un travail similaire ou meilleur à un ou une de tes collègues et avoir une note nettement plus basse tout simplement car tu es tombée sur un évaluateur plus sévère. Les professeurs diront qu'ils normalisent les notent mais c'est du gros bullshit, rien ne change. En fin d'année, tu finis avec une note numérique qui se reflète en lettre sur ton relevé de notes. Si tu t'en fous des notes tant mieux, mais si tu vises te spécialiser, avoir un C ou un B (car c'est en général les moyennes en préclinique) sur ton relevé va faire mal. 

 

4- Les évaluations cliniques sont encore pires. Tu es évaluée après chaque séance clinique par ton clinicien. Les évaluations sont de type Exceptionnel (A+), Supérieur (A-), Attendu (B ), Limite (D) ou Échec (E). À la fin de l'année, tes évaluations sont compilées et apparaissent comme une note finale en lettre sur ton relevé de note. Tu vas te dire c'est pas grave je vais me forcer à avoir des bonnes évaluations, mais ça ne marche pas comme ça. Certains cliniciens ne mettent que des B peu importe la qualité de ton travail. Certains vont te mettre des Limites car tu as finis un peu en retard et ils n'ont pas été capable de partir plus tôt. D'autres te mettront un échec si tu n'est pas d'accord avec leur plan de traitement. De l'autre côté de la balance, tu as certains cliniciens qui distribuent des Supérieurs et des Exceptionnels à droite et gauche pour aucune raison valable. Encore une fois, ça va dépendre de ta chance et sur qui tu tombes. Le point à retenir c'est que ta performance clinique est rarement reflétée dans ton évaluation (ce qui d'après moi est très malheureux).

 

5- UdeM est un programme qui favorise grandement la formation généraliste. Ce que je veux dire par là est que tes professeurs vont rarement t'encourager à te spécialiser. Le mot "référer" va te hanter durant tes 5 ans à l'UdeM. De plus, UdeM n'a que 3 programmes de formation post-gradués: Orthodontie, Pédodontie et Résidence multidisciplinaire. À Laval tu as plein d'autres options, et étant leur propre étudiant/e tu seras surement favorisée. 

 

6- Trop de prothèses complètes/partielles amovibles durant ta formation. Tu dois faire toutes les étapes de laboratoire toute seule jusqu'à la finition. La seule chose que tu ne fais pas c'est la cuisson de la prothèse. En préclinique tu fais en moyenne 4 montages complets, et en clinique ça dépends de tes cas mais en moyenne 5-6. Par comparaison, à McGill ils font 1 montage en préclinique, et une fois en clinique c'est le laboratoire qui s'occupe du reste. En gros, t'es une denturo glorifiée à UdeM  ;)

 

7- La faculté est vraiment cheap est souffre énormément à cause des coupures. Imagine toi que les cliniques rénovées de l'UdeM (qui sont très très belles) proviennent des "dons" obligatoires de 5000$ que les étudiants ont dû payer. Tu vas te faire ramasser avec plein de dépenses comme ça durant ta formation. 

 

8- Tu es traitée comme une étudiante en école secondaire ou au CEGEP plutôt qu'une étudiante dans un programme de formation professionnelle. Les profs se fachent quand certaines personnes ratent les cours, et ceci ce reflète dans la difficulté des examens. Si une cohorte est aimée par les professeurs, leurs examens sont faciles. Sinon, les examens sont beaucoup plus difficiles. En gros, une personne qui a gradué en 2012 avec 3.4 et une autre en 2013 avec 3.4 n'ont pas eu le même niveau de difficulté dans leur DMD. De plus, la majorité des professeurs ne viennent même pas à leurs examens et donc ne sont pas disponibles pour répondre aux questions. Les surveillants te diront de marquer tes commentaires sur la première page de l'examen et que les professeurs les consulteront durant la correction. LOL. Il y a une professeur avec qui j'ai parlé qui m'a dit "ah bon, vous mettez des commentaires sur la feuille d'examen?" Ça c'est sans te nommer les nombreux cours dont les profs ne changent pas les examens d'année en année et où les moyennes ne dépassent pas 70% car la matière n'a pas été couverte dans les cours de l'année courante et où personne ne connait les vraies réponses aux questions (je suis prête à gager que même les profs ne les connaissent pas).

 

9- Ta formation dans tous les domaines de la dentisterie n'est pas équivalente. En sortant, tu vas être très bonne en dentisterie opératoire (des "plombages"), en chirurgie dento-alvéolaire (extractions), en parodontie (thérapeutique et chirurgicale si tu le souhaites), en prothèse amovible et surtout en médecine et pathologie buccale (encore une fois, meilleurs profs et meilleur département au Canada!). Par contre, tu vas puer en endo (en 2 ans de cliniques tu vas faire 2 traitements de canaux sur des prémolaires/antérieures et 1 seule molaire, et le pire c'est que tu es obligée de faire ton soin à la main plutôt qu'avec des instruments rotatifs comme il se fait en bureau privé et dans les autres facultés - ce qui est maintenant le standard de pratique de toute façon), en prothèse partielle fixe (3 couronnes et 1 pont durant ta formation), en pédodontie (en préclinique tu verras plein de trucs cool mais rendue en clinique tu feras des examens et des scellants la majorité du temps), et en urgence (ce que tu verras ne sont pas de vraies urgences, c'est souvent des restorations qui sont tombées plutôt que des patients qui se présentent avec des abcès ou douleurs).

 

10- En orthodontie je suis mitigée, tu as une bonne formation théorique (les deux professeurs qui sont en charge sont excellents et connaissent très bien leur matière) mais en clinique tu ne feras que de l'orthodontie amovible, pas du fixe (ce que je pense aurait été une dimension plus intéressante à la formation). Je sais qu'à Laval ils font du fixe durant leur 3è-4è année. Donc si c'est une spécialité qui t'intéresse tu es peut être mieux d'aller à Laval.  

 

11- Le point le plus important d'après moi est que durant tout ma formation, j'ai eue l'impression de me battre contre le système plutôt que me concentrer sur ma formation. Plein de choses se passent de manière très dysfonctionnelle dans cette faculté. Certains professeurs sont clairement là car ils n'ont pas réussi leur vie en tant que praticiens en bureau privé, ou ont subi un malaise quelconque qui les empêche de travailler en bureau privé à temps plein. C'est pour te dire que la passion pour l'enseignement n'est pas quelque chose que tu ressens chez tous tes professeurs. Certains sont des perles rares qui à plusieurs reprises je me suis demandée qu'est-ce qu'ils foutent dans cette faculté. Mais malheureusement, plusieurs ternissent l'image des autres et te font sentir qu'ils sont contre toi plutôt que là pour toi. C'est un défaut majeur de la faculté de médecine dentaire de l'université de Montréal.

 

Tu vas peut être te dire c'est le témoignage d'une fille qui était probablement poche et qui a coulé plein de cours et qui sort toute sa frustration ici :P je te rassure que c'est tout à fait le contraire. J'ai gradué sur la liste d'honneur du doyen  :rolleyes:

 

À la fin de la journée, il faut que tu choisisses le programme qui te convienne le plus. Si tu as déjà réalisé ton rêve en étant acceptée en médecine dentaire et que tu veux juste avoir une bonne formation et être dentiste généraliste sans te soucier du reste, UdeM est une bonne place pour toi, car je le répète, au bout du compte, ta formation pratique est excellente. Par contre, si tu vises une spécialité et il t'es important d'avoir des bonnes notes, c'est un point à considérer.

 

Je préfère être honnête et que tu saches exactement à quoi t'en tenir si tu viens à l'UdeM. À moins que les gens de Laval ne t'exposent des failles aussi grandes, envol toi à Laval aussi rapidement que tu peux  :P

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Je suis une dentiste graduée de l'UdeM est je vais te donner mon opinion franche:

 

Tous les points soulevés par les étudiants de Laval sont valides aussi à l'UdeM (pavillon à nous même, on se croisent tous ainsi que nos professeurs, on commence à voir des patients en première année etc...) Cependant le programme est un programme de 5 ans dont la première année (prédentaire) est une perte de temps et d'argent immense. Déjà ceci tout seul pour moi est un argument valable pour choisir l'UL.

 

La formation clinique à l'UdeM est excellente, par contre. Tu vas sortir en étant une excellente clinicienne avec une bonne base théorique. Le département de médecine buccale est le meilleur au Canada (tu peux vérifier en demandant à d'autres étudiants d'autres facultés). Tu as plus l'impression d'être médecin dentaire que technicienne dentaire, ce qui pour moi ajoute une dimension très intéressante à ta pratique. Cependant, voilà les majeurs points négatifs de l'UdeM que j'ai rencontré dans mon temps dans cette faculté:

 

1- Ta formation clinique dépends fortement de sur quels cliniciens tu tombes, et malheureusement, tu ne peux pas les choisir. Certains ont vraiment une passion pour l'enseignement et veulent faire l'impossible pour que tu comprennes et que tu t'améliores. D'autres s'en foutent royalement et veulent que tu finisses 30 minutes avant la fin officielle des cliniques pour qu'ils puissent partir plus tôt et encaisser leur chèque. Certains sont aussi là uniquement pour te faire chier et ne rien t'apprendre (il m'est déjà arrivé qu'une clinicienne m'aie demandée de reprendre une empreinte finale pour une couronne malgré qu'elle était bonne pour "garder sa réputation de clinicienne chienne". Un autre clinicien a pitché mon modèle sur le mur car il était cassé et il voulait que je le refasse plutôt que d'essayer de le réparer). Oui, tu en vois des choses comme ça à l'UdeM.

 

2- Le directeur des cliniques est la personne la plus antipathique et que tu rencontreras dans ta vie. Son but n'est en aucun cas d'améliorer ta formation ou de t'apprendre quoi que ce soit à part que d'avoir peur de lui et de ses punissions. C'est un policier qui cherche la moindre erreur pour te pogner et mettre un échec et te montrer que c'est lui le boss. Il se vante de garder une batte de baseball dans son bureau. Je n'ai jamais hais quelqu'un dans ma vie. Mais cette personne fût probablement pour moi la première personne pour laquelle j'ai eue autant de haine.

 

3- Les évaluations pré-cliniques affectent grandement ta moyenne. En préclinique, tu as des notes numériques pour tes travaux, et on s'entends que la correction est très subjective. Différents cliniciens mettent différentes notes, tu peux avoir un travail similaire ou meilleur à un ou une de tes collègues et avoir une note nettement plus basse tout simplement car tu es tombée sur un évaluateur plus sévère. Les professeurs diront qu'ils normalisent les notent mais c'est du gros bullshit, rien ne change. En fin d'année, tu finis avec une note numérique qui se reflète en lettre sur ton relevé de notes. Si tu t'en fous des notes tant mieux, mais si tu vises te spécialiser, avoir un C ou un B (car c'est en général les moyennes en préclinique) sur ton relevé va faire mal. 

 

4- Les évaluations cliniques sont encore pires. Tu es évaluée après chaque séance clinique par ton clinicien. Les évaluations sont de type Exceptionnel (A+), Supérieur (A-), Attendu (B ), Limite (D) ou Échec (E). À la fin de l'année, tes évaluations sont compilées et apparaissent comme une note finale en lettre sur ton relevé de note. Tu vas te dire c'est pas grave je vais me forcer à avoir des bonnes évaluations, mais ça ne marche pas comme ça. Certains cliniciens ne mettent que des B peu importe la qualité de ton travail. Certains vont te mettre des Limites car tu as finis un peu en retard et ils n'ont pas été capable de partir plus tôt. D'autres te mettront un échec si tu n'est pas d'accord avec leur plan de traitement. De l'autre côté de la balance, tu as certains cliniciens qui distribuent des Supérieurs et des Exceptionnels à droite et gauche pour aucune raison valable. Encore une fois, ça va dépendre de ta chance et sur qui tu tombes. Le point à retenir c'est que ta performance clinique est rarement reflétée dans ton évaluation (ce qui d'après moi est très malheureux).

 

5- UdeM est un programme qui favorise grandement la formation généraliste. Ce que je veux dire par là est que tes professeurs vont rarement t'encourager à te spécialiser. Le mot "référer" va te hanter durant tes 5 ans à l'UdeM. De plus, UdeM n'a que 3 programmes de formation post-gradués: Orthodontie, Pédodontie et Résidence multidisciplinaire. À Laval tu as plein d'autres options, et étant leur propre étudiant/e tu seras surement favorisée. 

 

6- Trop de prothèses complètes/partielles amovibles durant ta formation. Tu dois faire toutes les étapes de laboratoire toute seule jusqu'à la finition. La seule chose que tu ne fais pas c'est la cuisson de la prothèse. En préclinique tu fais en moyenne 4 montages complets, et en clinique ça dépends de tes cas mais en moyenne 5-6. Par comparaison, à McGill ils font 1 montage en préclinique, et une fois en clinique c'est le laboratoire qui s'occupe du reste. En gros, t'es une denturo glorifiée à UdeM  ;)

 

7- La faculté est vraiment cheap est souffre énormément à cause des coupures. Imagine toi que les cliniques rénovées de l'UdeM (qui sont très très belles) proviennent des "dons" obligatoires de 5000$ que les étudiants ont dû payer. Tu vas te faire ramasser avec plein de dépenses comme ça durant ta formation. 

 

8- Tu es traitée comme une étudiante en école secondaire ou au CEGEP plutôt qu'une étudiante dans un programme de formation professionnelle. Les profs se fachent quand certaines personnes ratent les cours, et ceci ce reflète dans la difficulté des examens. Si une cohorte est aimée par les professeurs, leurs examens sont faciles. Sinon, les examens sont beaucoup plus difficiles. En gros, une personne qui a gradué en 2012 avec 3.4 et une autre en 2013 avec 3.4 n'ont pas eu le même niveau de difficulté dans leur DMD. De plus, la majorité des professeurs ne viennent même pas à leurs examens et donc ne sont pas disponibles pour répondre aux questions. Les surveillants te diront de marquer tes commentaires sur la première page de l'examen et que les professeurs les consulteront durant la correction. LOL. Il y a une professeur avec qui j'ai parlé qui m'a dit "ah bon, vous mettez des commentaires sur la feuille d'examen?" Ça c'est sans te nommer les nombreux cours dont les profs ne changent pas les examens d'année en année et où les moyennes ne dépassent pas 70% car la matière n'a pas été couverte dans les cours de l'année courante et où personne ne connait les vraies réponses aux questions (je suis prête à gager que même les profs ne les connaissent pas).

 

9- Ta formation dans tous les domaines de la dentisterie n'est pas équivalente. En sortant, tu vas être très bonne en dentisterie opératoire (des "plombages"), en chirurgie dento-alvéolaire (extractions), en parodontie (thérapeutique et chirurgicale si tu le souhaites), en prothèse amovible et surtout en médecine et pathologie buccale (encore une fois, meilleurs profs et meilleur département au Canada!). Par contre, tu vas puer en endo (en 2 ans de cliniques tu vas faire 2 traitements de canaux sur des prémolaires/antérieures et 1 seule molaire, et le pire c'est que tu es obligée de faire ton soin à la main plutôt qu'avec des instruments rotatifs comme il se fait en bureau privé et dans les autres facultés - ce qui est maintenant le standard de pratique de toute façon), en prothèse partielle fixe (3 couronnes et 1 pont durant ta formation), en pédodontie (en préclinique tu verras plein de trucs cool mais rendue en clinique tu feras des examens et des scellants la majorité du temps), et en urgence (ce que tu verras ne sont pas de vraies urgences, c'est souvent des restorations qui sont tombées plutôt que des patients qui se présentent avec des abcès ou douleurs).

 

10- En orthodontie je suis mitigée, tu as une bonne formation théorique (les deux professeurs qui sont en charge sont excellents et connaissent très bien leur matière) mais en clinique tu ne feras que de l'orthodontie amovible, pas du fixe (ce que je pense aurait été une dimension plus intéressante à la formation). Je sais qu'à Laval ils font du fixe durant leur 3è-4è année. Donc si c'est une spécialité qui t'intéresse tu es peut être mieux d'aller à Laval.  

 

11- Le point le plus important d'après moi est que durant tout ma formation, j'ai eue l'impression de me battre contre le système plutôt que me concentrer sur ma formation. Plein de choses se passent de manière très dysfonctionnelle dans cette faculté. Certains professeurs sont clairement là car ils n'ont pas réussi leur vie en tant que praticiens en bureau privé, ou ont subi un malaise quelconque qui les empêche de travailler en bureau privé à temps plein. C'est pour te dire que la passion pour l'enseignement n'est pas quelque chose que tu ressens chez tous tes professeurs. Certains sont des perles rares qui à plusieurs reprises je me suis demandée qu'est-ce qu'ils foutent dans cette faculté. Mais malheureusement, plusieurs ternissent l'image des autres et te font sentir qu'ils sont contre toi plutôt que là pour toi. C'est un défaut majeur de la faculté de médecine dentaire de l'université de Montréal.

 

Tu vas peut être te dire c'est le témoignage d'une fille qui était probablement poche et qui a coulé plein de cours et qui sort toute sa frustration ici :P je te rassure que c'est tout à fait le contraire. J'ai gradué sur la liste d'honneur du doyen  :rolleyes:

 

À la fin de la journée, il faut que tu choisisses le programme qui te convienne le plus. Si tu as déjà réalisé ton rêve en étant acceptée en médecine dentaire et que tu veux juste avoir une bonne formation et être dentiste généraliste sans te soucier du reste, UdeM est une bonne place pour toi, car je le répète, au bout du compte, ta formation pratique est excellente. Par contre, si tu vises une spécialité et il t'es important d'avoir des bonnes notes, c'est un point à considérer.

 

Je préfère être honnête et que tu saches exactement à quoi t'en tenir si tu viens à l'UdeM. À moins que les gens de Laval ne t'exposent des failles aussi grandes, envol toi à Laval aussi rapidement que tu peux  :P

merci pour ton honnête opinion c'est très apprécié

Link to post
Share on other sites
  • 2 years later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
×
×
  • Create New...